Dîtes STOP aux phrases assassines qui paralysent vos parents

L’anecdote que je vais vous raconter illustre une cause fréquente du découragement des personnes âgées.

J’étais en consultation avec Marcelle, une patiente que je suis depuis longtemps.

La consultation se déroule tranquillement. Marcelle m’explique qu’elle va à peu près bien. Mais la vie devient plus difficile parce qu’elle a quelques douleurs ici et là, qu’elle a des vertiges…

En vérité, je la sens découragée aujourd’hui.

C’est là que commence la partie la plus intéressante de l’histoire :

« Et vous savez ce que m’a dit mon petit-fils ? »

« La vieillesse est un long naufrage…»

Le ton reflète la fierté de la grand-mère qui répète un bon mot de sa progéniture. Il est également teinté de tristesse et de lassitude.

Pourquoi, ça l’a blessée ?

Ce jugement sans appel du Général De Gaulle est effectivement d’un pessimisme terrible. Je me suis souvent demandé à partir de quel âge commençait cette catastrophe irréversible.

Surtout pour Marcelle, c’est son propre petit fils qui semble ne voir en elle que la déchéance du grand âge.

Titanic qui sombre qui illustre comment Marcelle se voit en tant que personne âgée dépendante.
Marcelle ?
Planche à voile qui illustre la jeunesse et sa vigueur.
Son petit-fils ?

La phrase continue de résonner en elle, comme l’écho de ses pensées qui tournent dans l’abîme de son grand âge. la phrase distille son poison, goutte à goutte, jour après jour.

Cela m’a donné la même rage que lorsque j’entends des parents en colère, dire à leur enfant qui vient de faire une bêtise :

« Tu es complètement idiot, tu n’arriveras à rien ! »

Les personnes âgées, comme les enfants, sont des personnes fragiles. Elles sont très sensibles au regard d’autrui, surtout celui des personnes aimées qui s’occupent d’elles. Elles n’arrivent pas à s’abstraire du jugement des autres.

Alors, face à des remarques comme celle de son petit-fils, Marcelle s’attriste, rumine :

« Je ne sers plus à rien… »

En réalité, c’est simple d’éviter ce genre de situation :

Peut-être avez-vous déjà fait des efforts dans la communication avec vos enfants ? Vous savez qu’il faut éviter les paroles qui les jugent, les enferment dans une image négative. Il faut également adopter ce principe à votre parent.

Les seniors ressentent leurs faiblesses, les diminutions progressives de leur facultés physiques et intellectuelles. Ils l’admettent comme un tribut payé à l’âge mais ils se sentent en position d’infériorité par rapport aux jeunes.

Souvenez-vous de vos sentiments lorsque votre fils vous a battu pour la première fois au tennis !

Il faut donc éviter les paroles négatives qui les confortent dans leur sentiment d’incapacité ou d’inutilité. Encore plus, si elles semblent avoir un caractère prédictif négatif. Exemple :

« Maman, c’est château branlant. Papa il oublie de plus en plus…etc. »

Cependant, on ne peut demander à son entourage de prendre des cours de psychologie ou des formations de communication non violente !

Alors que répondre à une phrase assassine ?

Difficile d’atténuer le jugement incisif d’un petit fils en pleine force de l’âge qui probablement n’a voulu que taquiner sa grand-mère !

Qu’avez-vous comme stratégie lorsque vos enfants vous font remarquer que vous êtes vieux ?

  • 1) D’abord on peut leur faire remarquer qu’on n’est pas forcément vieux et con à la fois selon la chanson de Jacques Brel. Ensuite dire aux jeunes qu’un jour, sauf accident de parcours, ce seront eux les vieux de leurs propres petits enfants.
  • 2) Les personnes âgées doivent défendre leur condition de personnes à part entière, ayant un projet et un avenir comme tout le monde. Même si l’avenir, c’est leur disparition.

A chaque âge de la vie, la personne a des possibilités physiques et intellectuelles spécifiques qu’elle doit utiliser pour évoluer, accomplir ses projets et préparer le futur.

Tout âge a ses projets et ses combats et les personnes âgées n’échappent pas à cette règle. Pour elles, c’est accepter la diminution progressive de force et d’efficience, c’est sadapter à la nouvelle situation, c’est s’entretenir pour garder une bonne santé physique et intellectuelle.

C’est la règle des 3 S que m’a enseignée Amédée un très bon ami de 93 ans :

« Pour bien vieillir, il faut s’accepter, s’adapter, s’entretenir »

Et il ajoutait :

« sinon, c’est la mort, comme les dinosaures ! »

Dinosaure qui montre qu'il faut s'adapter même lorsqu'on devient âgé et vieux.
Les pauvres dinosaures… S’ils avaient lu les conseils de mon blog, ils auraient peut être survécu !

Marcelle, sans le savoir, suit cette règle. Elle continue à marcher régulièrement. Elle est toujours élégante et bien coiffée. Elle a même un ordinateur pour communiquer avec sa famille.

Mais surtout :

ll faut que Marcelle déclare à son petit-fils ses ambitions de rester indépendante, ancrée dans la vie, pleine de joie et d’énergie. Elle doit signifier à son entourage qu’elle reste une personne à part entière qui sait s’adapter au défi de vieillir.

  • 3) Enfin la mission des grands-parents est d’être la mémoire vivante de la famille.

Comment ?

Ils doivent transmettre leur histoire et l’histoire du monde qu’ils ont vécue. Ils doivent transmettre l’amour des générations précédentes.

Et cela ils peuvent le faire très longtemps.

Ce que je vous conseille de faire à l’avenir :

Essayez d’avoir des petites phrases positives, des petites ritournelles qui confortent votre parent dans ses efforts quotidiens.

Dites-lui qu’il est formidable, qu’il est le meilleur de sa catégorie des octogénaires. Plutôt que de faire remarquer ce qu’il n’a pas fait, faites attention aux efforts qu’il a fait.

Encouragez-le ! Montrez-lui votre amour !

Je suis convaincue que comme avec les enfants la confiance, les encouragements, l’affection dont on entoure les ainés sont essentiels pour les maintenir en bonne forme.

Bateau qui navigue comme les parents vieillissant doivent le faire.
Encouragez vos parents à naviguer quel que soit le temps !

Alors, à votre tour, essayez !

4 commentaires

  1. Sophie a dit:

    A chaque âge ses projets, mais à tout âge il faut rester positif ! Même dans l’adversité, et essayer de garder le sourire… Pour ne pas écraser notre entourage d’ondes négatives. A appliquer au quotidien, avec les seniors et les moins seniors… Un vrai exercice, dans la veine de « j’arrête de râler » !

    18 février 2016
    • sylvie Hoang a dit:

      Vous avez tout à fait raison : ce sont bien les « ondes négatives » qu’il faut éviter. Souvent on les envoie sans même en être conscient parce qu’on est fatigué, pressé, de mauvaise humeur. Parfois, c’est un trait d’humour mais qui ravage…

      28 février 2016
  2. claudine a dit:

    Bravo Sylvie tout cela est très juste et si bien dit, avec beaucoup d’humanité… Je te félicite
    J’espère que ce blog aidera beaucoup de personnes à se remettre en question et à être plus compréhensives avec leurs poches âgés ou handicapés.
    Quant à rester positif même dans l’adversité et essayer de garder le sourire, ça aide beaucoup. Je l’ai expérimenté.

    22 février 2016
    • sylvie a dit:

      Par ton expérience, tu pointes effectivement une faiblesse de notre société : la méconnaissance voire la négligence des personnes différentes ou fragilisées que sont les personnes dépendantes ou handicapées.

      28 février 2016

Les commentaires sont fermés.