5 étapes pour éviter les chutes des personnes âgées

Après 80 ans, une personne sur deux chute. Une personne sur quatre fait des chutes répétées, selon la Haute Autorité de Santé.

Est-ce déjà arrivé à votre père ou mère aussi ?

C’est un accident qui peut avoir des conséquences graves immédiatement (fracture du col) ou secondairement (diminution de l’autonomie).

C’est une des causes fréquentes pour laquelle votre parent pourrait partir en maison de retraite…

Ce que l’on veut à tout prix éviter !

Je connais moi-même le problème avec ma mère. Emilie est tombée il y a quelques semaines, sans conséquence grave, mais cela a révélé sa fragilité.

Suite à une chute dans sa salle de bain, elle n’a pas pu se relever. C’est l’infirmière qui passe tous les soirs pour lui donner ses médicaments qui a donné l’alerte. Elle a été hospitalisée pendant 3 jours.

Heureusement, le bilan n’a pas trouvé de cause médicale à la chute : pas de cause cardiaque ni neurologique, pas de désordre sanguin, pas d’infection.

Pas de conséquences néfastes non plus : il n’y a pas eu de fractures, elle n’a pas souffert du séjour sur le carrelage qui a duré probablement 3 heures.

Elle est donc en apparente bonne forme et pourtant elle n’a pas pu se relever.

Etrange, non ?

En vérité, elle n’a pas su ce qu’il fallait faire pour se remettre sur pied.

Maintenant Emilie veut rentrer chez elle tout simplement alors qu’elle ne sait plus ce qui s’est passé et qu’elle ne sait même pas très bien pourquoi elle est à l’hôpital.

« Mais ce n’est pas possible tout de suite et si tu retombes ? »

« je te dis que je veux retourner chez moi ! »

« Es-tu prête à tout faire pour cela ? »

Incroyable Emilie ! Une fois de plus elle m’épate par sa volonté. Bien que très diminuée par sa maladie d’Alzheimer, elle reste la mère entreprenante et combative que j’ai toujours connue.

En rentrant, j’ai donc pris les mesures nécessaires pour éviter les chutes !

Ces actions sont simples et efficaces. Et vous pouvez aussi les appliquer facilement pour sécuriser et tranquilliser vos parents.

Schématiquement le programme que j’ai suivi a 5 étapes.

1) Aménager le domicile

L’objectif est d’enlever toutes les causes de chute au domicile de votre père ou mère.

a) Enlever tous les tapis : risque de trébucher sur le bord car les séniors relèvent moins les pieds en marchant.

b) Supprimer les obstacles : par exemples les fils électriques qui trainent.

c) Dégager les passages.

d) Mettre des rampes dans les escaliers des 2 côtés.

e) Mettre un tapis antidérapant dans la salle de bain et un tabouret dans la douche.

f) Prévoir un siège pour s’habiller.

g) Améliorer l’éclairage dans et autour de la maison.

h) Veiller à ce que les téléphones soient facilement accessibles.

g) Les chaussures de votre parent doivent être stables et fermées. Il faut éviter les mules ou savates qui ne tiennent pas au talon.

C’est la première étape pour limiter les chutes. Mais ce n’est pas tout, le médecin joue aussi un rôle important.

2) Consulter son médecin

Ne l’oubliez pas….

Le médecin de votre parent est un atout majeur pour prévenir les chutes. Il prendra des mesures efficaces pour sécuriser votre parent.

a) Limiter le nombre de médicaments

Certains sont dangereux tels que les :

  • somnifères (risque de chute la nuit)
  • anticoagulants (risque d’hématomes)
  • traitement du diabète (risque d’hypoglycémies qui provoquent des chutes)
  • traitement de l’hypertension (risque d’hypotension si surdosé)

b) Dépister l’ostéoporose, maladie responsable de fragilité osseuse et la carence en vitamine D. Elle augmente le risque de fracture en cas de chute.

c) Vérifier la vue.

d) Vérifier les articulations: les scolioses et les déformations des articulations entrainent un déplacement du centre de gravité favorisant le tangage.

e) Dépister une insuffisance musculaire des cuisses.

Vous pouvez tester vos parents en leur demandant de se lever d’une chaise sans l’aide des mains.

Vous serez surpris…

En cas d’insuffisance, des séances de kinésithérapie seront indiquées pour tonifier les muscles posturaux, permettant de tenir debout, et les muscles des membres inférieurs.

f) Vérifier les pieds. Luttez contre les cors et les ongles trop longs source de douleurs.

À partir d’un certain âge se couper les ongles seul est impossible.

Les décision de votre médecin sont capitales pour limiter les chutes de votre parent. Consulter son médecin est d’ailleurs l’occasion pour vous de faire connaissance avec lui et de faire un point santé.

Maintenant, il faut aussi former votre père ou votre mère.

3) Entrainer votre parent.

a) Le mieux est de faire de la marche quotidiennement. 30 minutes si possible tous les jours.

C’est la régularité qui paiera.

b) Utiliser une canne, voire un déambulateur

Observez.

Si vous constatez que votre parent marche mieux dans le supermarché avec un caddy, le déambulateur est une vrai option.

Avantages des déambulateurs : ils permettent de s’asseoir en cas de fatigue, peuvent être équipés d’un filet pour pouvoir mettre quelques courses.

Mais surtout, ils ne tombent jamais.

c) Inscrire votre parent à un atelier équilibre en groupe

C’est de la gymnastique spécifique pour améliorer l’équilibre et apprendre à se relever après une chute.

Voilà une technique pour se relever que votre parent va apprendre dans cet atelier :

Schéma expliquant comment se relever après une chute d'une personne âgée

Source de l’image.

Je vous indiquerai dans un autre article quelles activités physiques il faut pratiquer à cet âge pour maintenir une forme physique optimale.

4) Observer le mode de vie

a) Surveiller l’alimentation: Il faut une ration équilibrée avec des protéines, du calcium, car tout amaigrissement entraine une fonte des muscles.

b) Penser au syndrome post-chute si la personne ne veut plus se lever ou restreint ses activités habituelles.

Suite à une chute, la personne âgée a peur de retomber. Elle a des difficultés à se remettre debout ou craint de sortir.

On dit qu’un cavalier doit remonter tout de suite sur son cheval après une chute.

C’est identique avec les séniors.

Il faut une rééducation urgente, stimulante et rassurante. Reprendre la marche le plus vite possible est primordial.

c) Lutter contre la dépression : vaste programme ! Les patients déprimés tombent plus du fait du ralentissement moteur général causé par la dépression.

5) Eviter l’isolement

a) Organiser les visites. Votre parent sera rassuré de savoir qu’il y aura des passages réguliers de l’infirmière, de l’aide-ménagère, de la famille et des amis.

Vous pouvez demander à vos voisins de surveiller que les volets sont ouverts.

 b) Mettre en place une téléassistance : votre parent ne sera plus jamais seul.

Comment ça marche ?

Votre père ou mère porte un appareil autour du cou ou du poignet en permanence. En cas de chute, la personne appuie sur un bouton.

Elle rentre alors en communication avec un centre. Celui-ci pourra ainsi vous prévenir rapidement.

Cependant, ma mère était équipée d’une téléalarme mais n’a pas su s’en servir le moment venu. J’aurais du le lui installer plus tôt pour qu’elle ait le temps d’apprendre à s’en servir.

N’attendez pas le dernier moment pour le faire !

Conclusion

Sachez que, pour votre parent déjà éprouvé, ce programme est fatigant car il y a de nombreuses mesures à prendre.

Et vous pourrez rencontrer des résistances de sa part.

Il y a un changement d’habitudes, un abandon du passé. Emilie a refusé qu’on enlève ses tapis par exemple. Je les ai déplacés pour qu’ils soient moins gênants.

Certaines mesures indiquent au monde l’entrée dans le grand âge.

Par exemple, Emilie a longtemps refusé d’utiliser une canne jusqu’à ce qu’une de mes sœurs lui en donne une décorée de fleurs multicolores d’origine canadienne. Son originalité permettait à ma mère d’affirmer son caractère.

Ce programme implique des efforts quotidiens. Marcher tous les jours même quand il pleut, même quand l’envie n’est pas là ou que l’on a des douleurs, demande de l’énergie !

Emilie a fait beaucoup d’efforts et est toujours chez elle, dans la maison qu’elle aime.

Et surtout, elle n’est pas retombée depuis…

Je lui ai plusieurs fois répété que c’était le résultat de sa volonté.

Prenez le temps de suivre ces conseils. Je vous assure qu’en limitant ainsi les chutes, vous permettrez à votre parent de rester à domicile le plus longtemps possible.

A vous de jouer !

Un commentaire

  1. Louis a dit:

    Merci pour cette « check-list » et ces conseils fort utiles qui aident à y voir plus clair et à prendre du recul. C’est un gros programme, mais le jeu en vaut la chandelle. Comme vous le dites, le maintien à domicile et le maintien d’une bonne qualité de vie pour nos chers parents est à ce prix.

    10 janvier 2016

Les commentaires sont fermés.